Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lu & vu ailleurs

Fil des billets

lundi 2 décembre 2013

Rapport du Conseil National du Numérique sur l'inclusion : ça manque d'actions !

Rapport CNNum e-inclusion

Le Conseil National du Numérique (CNNum) vient de rendre public son dernier rapport « Citoyens d'une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d'agir : pour une nouvelle politique d'inclusion ».

La lecture du dossier de presse m'avait tout d'abord laissé sur ma faim, alors que le rapport complet s'avère plus intéressant et donne mieux à voir le travail accompli.

Les commentaires que j'ai pu lire dans les médias et en ligne confirment ma crainte initiale, à savoir le manque de mesures concrètes, qui nuit à l'efficacité du document. Dans la conjoncture et le climat social actuels, l'opinion publique et les décideurs attendent autre chose qu'« un cadre de pensée pour l'action », pour reprendre les mots de Valérie Peugeot, Vice-Présidente du CNNum et maître d'oeuvre opérationnelle de ce rapport.

On a envie de s'exclamer comme à la sortie d'un film de Rohmer : « ça manque d'action » ! :-)

Lire la suite...

samedi 2 avril 2011

Eduquer, c'est créer les conditions de l'épanouissement humain

Les Conférences TED (pour Technology, Entertainment, Design), réunissent chaque année des conférenciers internationaux prestigieux. J'ai choisi de vous présenter celle du britannique Ken Robinson, qui propose un changement de paradigme dans notre façon d'aborder l'Education, en accordant plus de place à la créativité.

Ken Robinson TED2010
Cliquez sur la vignette ci-dessus pour accéder à la vidéo de la conférence. (durée : 18 mn)
(Possibilité d'afficher les sous-titres dans la langue de votre choix et d'accéder directement à n'importe quel extrait de la vidéo à partir de la retranscription du texte du conférencier, grâce à une utilisation très réussie du principe de Rich Media.)

"Je pense que nous devons changer de métaphores. Nous devons aller de ce qui est essentiellement un modèle éducatif industriel, un modèle manufacturier, qui est basé sur la linéarité et la conformité et des fournées de gens... Nous devons aller vers un modèle qui est davantage basé sur les principes de l'agriculture. Nous devons reconnaître que l'épanouissement humain n'est pas un processus mécanique, c'est un processus organique. Et vous ne pouvez pas prédire le résultat du développement humain ; tout ce que vous pouvez, comme un fermier, c'est créer les conditions dans lesquelles ils vont commencer à s'épanouir."

Sir Ken Robinson - "Bring on the Learning Revolution" - Février 2010 - TED2011 Conference

http://www.ted.com/talks/sir_ken_robinson_bring_on_the_revolution.html

dimanche 28 novembre 2010

Les pires pratiques en matière d'usages des TIC en Education

Dans un article précédent, j'évoquais un article passionnant d'Hubert Guillaud dans InternetActu (repris aussi sur Le Monde.fr), dont la suite est publié cette semaine :  La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ? (2/2).

En recherchant des références en ligne, pour documenter mon commentaire posté en bas de cet article, j'ai trouvé quelques perles que je m'empresse de partager.

Teacher's Desk

Dans un billet d'avril 2010 sur son blog Edutech, Michael Trucano dresse une liste des « pires pratiques en matière d'usage des TIC en Education ».

Les blogs fourmillent de ces listes de « best of » en 10 points, pas toujours bien inspirées et quelques fois établies à la vas-vite. Celle-ci m'a tout de suite plu car elle recense les principaux obstacles rencontrés par les projets innovants, plutôt que de donner une liste de recettes des trucs qui marchent, communément appelées « bonnes pratiques ». De plus le Monsieur n'est pas n'importe qui et il s'appuie sur un énorme travail de synthèse et de recherches en matière d'évaluation. (voir références en bas d'article)

1. Lacher du matériel dans les écoles en espérant que la magie opère ("Dump hardware in schools, hope for magic to happen")

2. Vouloir installer ailleurs des solutions conçues pour le contexte éducatif des pays de l'OCDE

3. Se préoccuper des contenus éducatifs seulement après que tout le matériel ait été déployé

4. Croire qu'il suffit juste d'importer des contenus pédagogiques déjà créés ailleurs

5. Ne pas observer, ne pas évaluer (en particulier, la question de l'impact de l'usage des TIC en éducation)

6. Parier gros sur une technologie qui n'a pas encore fait ses preuves (surtout si elle est repose sur des normes propriétaires et fermées) ou sur un seul fournisseur, sans alternative

7. Ne pas prendre en compte (ou reconnaître) le coût réel total de l'opération ou achat (sous-estimer les coûts induits) (

8. Ne pas se préoccuper des questions d'équité d'accès aux TIC

9. Ne pas former les enseignants, ni les directeurs d'écoles, sur ces sujets

10. A vous de compléter …

A propos de Michael Trucano.

Spécialiste des usages des TIC en Education, il travaille sur le projet infoDev porté par la Banque Mondiale. Il a publié notamment en 2005 un rapport intitulé « Impact des TIC sur l'apprentissage & la réussite. Une cartographie des connaissances sur les technologies de l'Information et de la Communication en Education »

Trucano, Michael.  2005. Knowledge Maps : ICTs in Education.  Washington, DC: infoDev / World Bank. (à télécharger sur : http://www.infodev.org/en/Publication.8.html)

Une synthèse des conclusion en 4 pages sera sans doute plus accessibles au plus grand nombre

(à lire et télécharger sur : http://www.infodev.org/en/Publication.154.html)

Les questions qui ont guidé ce rapport de synthèse :

  1. Comment les TIC sont-elles réellement utilisées dans le domaine de l'éducation ?

  2. Que savons-nous à propos de l'impact des TIC sur l'apprentissage ?

  3. Que savons-nous à propos de l'impact des TIC sur la motivation des étudiants et leur implication dans l'apprentissage ?

vendredi 19 novembre 2010

La capacité à être bien intentionné est une denrée rare ...

Ainsi parle Kentaro Toyama (blog), professeur à l’école d’information de Berkeley, ancien informaticien pour Microsoft Research en Inde et membre de l’ONG ICT4D (Information and Communication Technologies for Development), dans le dernier numéro de la Boston Review consacré à la question : “La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ?”

One Mouse per Child

"One Mouse per Child" ou A chacun sa souris ...
image tirée d'une présentation de Kentaro Toyama lors de TEDx à Tokyo - mai 2010

C'est Hubert Guillaud qui nous fait découvrir ce témoignage dans un article très complet d'InternetActu du 19/11/2010. En voici un court extrait, j'espère qu'il vous donnera envie d'aller lire la suite :

“Si je devais résumer tout ce que j’ai appris via l’ICT4D, il serait le suivant : la technologie – peu importe sa conception, même si elle est brillante – magnifie les intentions et les capacités de l’homme. Elle n’est pas un substitut. Si vous avez une base de gens compétents et bien intentionnés, alors la technologie appropriée peut amplifier leur capacité et déboucher sur des réalisations étonnantes.” Dans les autres cas, la technologie ne sait pas renverser une situation difficile. L’arrivée d’internet dans les villages ne suffit pas à les transformer. “La technologie est une loupe parce que son impact est multiplicatif, mais en ce qui concerne le changement social, il ne s’additionne pas. Dans le monde développé, il y a une tendance à voir l’internet et d’autres technologies comme nécessairement additives, parce que les contributeurs y ajoutent une valeur positive. Mais leurs apports bénéfiques sont subordonnés à une capacité d’absorption des utilisateurs qui est souvent absente du monde en développement. La technologie a des effets positifs que dans la mesure où les gens sont prêts et capables de l’utiliser de manière positive. Le défi du développement international, c’est que, quel que soit le potentiel des communautés pauvres, la capacité à être bien intentionné est une denrée rare et la technologie ne peut pas rattraper ce déficit.”

mardi 14 septembre 2010

Littératie numérique au Canada

En réponse à la consultation sur l'économie numérique lancée en mai 2010 par le ministre de l'Industrie du Canada, le Réseau Éducation‐Médias a rendu public le 7 juillet dernier, un mémoire d'une cinquantaine de pages, intitulé : « Littératie numérique au Canada : de l'inclusion à la transformation »

Litteracie Numerique

Lire la suite...