Les lieux d’accès publics à internet : des espaces de vie où se produit du sens

Le développement de l’accès à Internet dans des lieux publics au niveau d’un territoire peut-être comparé à la mise en place d’un réseau de transport en commun. Il obéit au même souci de mutualisation des moyens et de partage équitable des ressources.

Il n’est pas inutile de rappeler ici, qu’accéder à Internet, ce n’est pas seulement disposer d’un matériel connecté et savoir l’utiliser, c’est aussi est surtout être libre :
-  d’exercer son droit à comprendre le monde dans lequel on vit,
-  d’exercer un regard critique sur les contenus diffusés,
-  de produire et diffuser des contenus pour participer à la société de l’information.

Si nous voulons promouvoir l’Internet citoyen et non marchand, il nous faut disposer de points d’accès publics qui ne soient pas uniquement des lieux de consommation d’unités téléphoniques mais plutôt des lieux de discussion, de débat, d’expression, ... c’est à dire des espaces où se vivent des usages qui contribuent à produire du sens.

Consommation ou Production de communications interpersonnelles ?

Avec la place envahissante que les téléphones portables ont pris dans notre vie quotidienne, s’adresser la parole, jadis moyen d’expression, est devenu aujourd’hui un acte de consommation. Nous sommes nous pas en train de développer une société où il faut payer pour avoir le droit de parler à ses amis ? Dans toute société humaine, celui qui ne parvient pas à communiquer avec ses semblables a souvent recourt à la violence. Dans la société de l’information naissante, les vols de téléphones portables sont devenu la première cause d’agression. Pour aller vers des villes numériques plus conviviales, il est important de créer des espaces où les communications interpersonnelles ne seront pas taxées à la durée.

Visiteur de cité digitale cherche Architecte de villes numériques C’est en travaillant au niveau local, à l’élaboration d’un projet de "WebQuartier", que le parallèle entre les façons de construire, de développer et de gérer une Ville et les façon de créer, animer et gérer un site portail local, m’est apparu évident et fécond. Il nous incombe aujourd’hui je crois, de contribuer à inventer le métier d’Archimestre, architecte de villes numériques, capable de créer des espaces publics au sein desquels chaque Urbanaute, visiteur de cité digitale, puisse avoir droit de cité, ainsi que des espaces privés où chacun puisse être respecté dans son identité et sa personnalité.

Accès gratuit à internet ... Oui, mais au prix d’un contre-don !

Pour conclure, rappelons-nous que l’Internet a été développé pendant des années sur un modèle non-marchand par des communautés scientifiques qui s’échangeaient des informations. L’accès à travers le Réseau aux informations produites par d’autres équipes de recherche n’était possible que parce que l’on acceptait de rendre public son travail. Et si on réinventait l’Internet solidaire sur le modèle du don et du contre-don ? Accès gratuit à Internet, d’accord mais à condition de payer de sa personne, c’est à dire de partager avec les autres un peu de sa richesse personnelle à travers une page perso, la contribution à un site collectif, ...