Ce travail représentait un petit défi pour moi : de 1997 à 2002, j'ai été salarié dela MJC Monplaisir à Lyon, comme responsable du Centre de ressources associatif labelisé Espace Culture Multimédia. J'avais déjà alors participé à plusieurs groupes de travail régionaux en qualité « d'expert TIC », mais sans qu'aucune de mes suggestions ne débouchent sur quoi que ce soit de concret.

« Nul n'est prophète en son pays », dit le proverbe ...

Le temps a passé, d'autres expériences ont permis de prendre le recul nécessaire pour parvenir à une vision plus complète et plus large des enjeux et des situations des acteurs en présence.

Accompagner demande du « lacher prise », nécessite de renoncer à croire que l'on détient une expertise, que l'on sait par expérience quelle est « la meilleure façon de marcher ».

Pour les directeurs des « MJC en Rhône-Alpes », j'ai ébauché 4 scénarios d'évolution possibles. Cela va de la poursuite de l'expérimentation en milieu confiné (scénario baptisé « Labo P4 ») à la mise en place d'une politique d'accompagnement de groupes de travail transversaux outillés de moyens de collaboration à distance (scénario « pépinière de jeunes pousses »).

Chaque solution présente ses avantages et ses inconvénients, peut se décliner dans des temps de réflexion et d'action différents, dans des espaces d'intervention et de mobilisation des acteurs à géométrie variable.


Le rôle du consultant est de rendre plus lisible les enjeux et les jeux d'acteurs, pas de choisir une « meilleure solution » ... si tant est qu'elle existe !