Ce travail bénévole, complété par une communication la plus large possible dans nos réseaux pour appeler les acteurs impliqués dans des actions de sensibilisation aux TIC et de lutte contre l'exclusion, arrivera peut-être à faire remonter quelques témoignages et points de vue qui ne trouvent pas à s'exprimer habituellement.

Dans l'impasse où nous sommes actuellement en France et compte-tenu de l'échec patent de la "lutte contre la fracture numérique" à la française, l'approche préconisée par l'Europe, qui consiste à viser une inclusion sociale à l'aide des outils numériques me parait la seule planche de salut qui s'ouvre à nous dans les années à venir.

Finalement, ces efforts ont été bien récompensés, car l'unité e-inclusion de la Commision Européenne a ni plus ni moins intégré notre traduction dans le site officiel de la consultation, rendant celle-ci d'autant plus commode pour les répondants francophones. Au passage, ils nous gratifient d'un petit remerciement que je cite ici :

"La Commission Européenne remercie l'organisation non gouvernementale CRéATIF qui a volontairement -et sans demande préalable- traduit en langue française le questionnaire anglais en utilisant un site wiki. C'est un véritable exemple du rôle des TIC contribuant au capital social, à la connaissance et au partage d'information. Nous promouvons des exemples similaires".

Voilà de l'intelligence collective comme je l'aime !