A l'enfant de 11 ans en 1990, je n'aurais rien su dire, le dialogue eut sans doute été difficile. Je n'ai jamais été adepte de jeu vidéo. Concepteur multimédia débutant, il s'agissait pour moi d'un exercice de style. J'avais rencontré l'équipe de Coktel Vision (Roland Oskian et Muriel Tramis) suite à un projet d'adaptation sous forme de jeu du « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne que je leur avais soumis, mais qui n'avait pu aboutir. Ils m'ont alors proposé de concevoir avec eux le scénario de Picsou ... Ce fût ma première et dernière incursion dans le monde du jeu vidéo. Je retournais ensuite travailler à la conception de programmes d'Enseignement assisté par ordinateur (EAO) pour le secteur de la Banque-Assurances ... nettement moins fun, mais correctement rémunéré !

Avec l'adulte de 30 ans qui retrouve un de ses jouets dans la malle d'un grenier, le terrain d'aventure immense devenu jardinet, ... ou une copie d'écran de jeu vidéo au détour d'une requête sur Google, je me sens forcément un lien de parenté.

« Je me souviens » qu'à 11 ans, en classe de 6ème, j'ai fait quelques découvertes fortes :

  • la pratique du Rugby, grâce à M. Estenaves un jeune professeur d'EPS venu des Bouches-du-Rhône évangéliser les chtimis à l'art du ballon ovale. Le sport occupait une place particulière pour moi puisque je voulais à l'époque devenir professeur d'Education physique ...

  • la pratique du Théâtre, grâce à un atelier proposé par ma professeur de Français avec qui nous avions monté « Le médecin malgré lui » ...


Je n'ai jamais remercié directement ces personnes, et elle ne savent pas sans doute l'importance de ces rencontres dans la suite de mon existence. Pourtant, je n'ai pas le sentiment de leur devoir quelque chose. Avec le recul, il me semble que nous jouons tout au plus un rôle de catalyseur dans la vie des autres (pour rester dans la métaphore chimique introduite par Lévan). Le catalyseur déclenche ou accélère un processus, mais il n'en modifie pas la nature profonde qui reste déterminée par les composants en action.

Finalement, je crois que la meilleure façon de remercier, n'est pas de rendre à la personne qui vous a donné, mais de donner à son tour à quelqu'un d'autre pour que la chaîne vertueuse se poursuive. En ce sens, en créant Les Royaumes Renaissants, Lévan permet que l'aventure continue ...

Merci à lui de faire vivre la réaction chimique en chaîne !