Remarque 1 :
dans cet article, je donne un point de vue très subjectif sur le programme numérique du PS. Je ne donne pas mon point de vue en tant que citoyen, consommateur, usager, lecteur ou auditeur d'oeuvres numérisées. Je chausse des lunettes très spécifiques qui sont celles d'un spécialiste des politiques d'e-inclusion et de la médiation numérique à destination des publics non familiers de ces outils et usages. Pour un commentaire détaillé complet et "objectif", reportez-vous aux commentaires parus dans la presse.

Les EPN ont disparu de la politique numérique du PS

Si j'étais responsable d'un lieu d'accès public à internet ou animateur multimédia dans un Espace public numérique, après la lecture du Programme numérique dans le projet socialiste (22 juin 2011 - 7 pages), je m'interrogerais sur les perspectives d'avenir de mon job si un-e président-e socialiste était élu en 2012.

Si j'étais responsable d'un lieu d'accès public à internet ou animateur multimédia dans un Espace public numérique, situé dans une commune ou communauté de communes dirigée par un-e élu-e socialiste, je me dépêcherais d'aller lui mettre sous le nez la prose de son parti et de lui demander une explication de texte ...

En effet, dans ces propositions, la question de l'accompagnement des usages et de la médiation auprès des publics les plus éloignés du numérique, en particulier les seniors, brille par son absence. A aucun moment il n'est fait mention d'EPN ou de lieux proposant un accès accompagné ...

Très très inquiétant. C'est un oubli majeur et les acteurs et élus de terrain feraient bien de se mobiliser pour faire entendre leur voix et rectifier le tir.

Economie, Innovation, Culture, libertés individuelles

Le tableau ci-dessous reprend les 10 premiers thèmes évoqués dans le programme numérique du Parti socialiste.

Rang

Thème

Nbre occurrences

1er

Economie

17

2e

Culture

9

3e Ex

Innovation

7

3e Ex

Libertés individuelles

7

5e Ex

Création artistique

6

5e Ex

Droits d'auteurs & droits voisins

6

7e

Gouvernance de l'internet

5

8e

Droits des citoyens & consommateurs

4

9e Ex

Infrastructures

3

9e Ex

Social

3

9e Ex

Démocratie

3


Vous pouvez consulter l'analyse détaillée du programme sous forme de tableau dans le doc ci-dessous :

L'Education populaire n'a plus la côte au PS

Il est intéressant de constater que dans le document de travail de l'atelier « Transformations numériques : Droits et Libertés », un des trois ateliers qui s'est déroulé en soirée le 20 juin dans les locaux de La Cantine à Paris, figure tout à la fin le paragraphe suivant :

« La seule disponibilité d'outils n'a jamais suffi à leur appropriation. La réduction de la fracture numérique passera donc également par un effort important en matière d'éducation, à l'école, en formation continue ou sous la forme de l'éducation populaire. »

Dans le programme publié 2 jours après, la seule proposition qui reprend ce point, sur une trentaine au total, ne fait plus référence au concept de « fracture numérique », on ne s'en plaindra pas, mais du même coup a évacué aussi un rôle possible joué par le secteur de l'Education populaire ...

"Enseignement renforcé des technologies du numérique et de leur usage à l'école et en formation continue, pour assurer aux citoyens une maîtrise des nouveaux langages de communication et de création."

A lire cela, si j'étais responsable d'un Espace public numérique, je me dépêcherais de m'enregistrer comme organisme de formation, quoi qu'en disent la DUI, la Caisse de Dépôts et autres têtes de réseau régionaux d'EPN ...

Un programme libéral sans contreparties sociales

Mon point de vue est que cette liste de propositions ne fait pas un programme. Il s'agit là de toute évidence d'une compilation de propositions émanant de groupes de pression influents (représentants de la net économie, militants du Libre, …). La formulation des propositions semble n'avoir presque pas été retouchée, au point que l'on se demande qui s'exprime derrière le « Nous voulons » …

Il n'y a le plus souvent, à part sur les questions de droits d'auteurs et droits voisins qui propose évidemment la suppression de la Loi Hadopi, pas d'arbitrage entre les points de vue et intérêts des forces en présence, pas d'appropriation par les politiques qui prennent pour argent comptant les propos d'experts qui défendent en réalité leur propre vision des choses et non l'intérêt général.

On constate la prééminence de la trilogie : économie, création/innovation, libertés individuelles.

L'Etat y apparaît dans un rôle de régulateur et d'arbitre, mais essentiellement pour préserver la liberté des entrepreneurs de faire du business et celles des citoyens de consommer dans un eco-système des plus fluide.

Les deux seules mesures sociales évoquées concernent le pouvoir d'achat des "familles les plus vulnérables", afin de leur proposer un soutien financier pour leur permettre de s'équiper et un abonnement internet social à moins de 10 € par mois (sans téléphone ni TV).

Martine Aubry insiste sur le droit à être connecté ...

Le 22 juin 2011, le jour de la publication du programme numérique élaboré sous l'égide du « Laboratoire des idées » du PS, Martine Aubry signait sur le site Rue89 une tribune libre « La France connectée » (http://www.rue89.com/2011/06/22/la-france-connectee-une-tribune-de-martine-aubry-210341).

Voici ce que donne l'analyse graphique sous forme de nuage de tags, de l'article de Martine Aubry (publié sur Rue 89 le 22 juin 2011)

WordleAubryV6

Méthode : Il s'agit cette-fois ci non plus de mots-clés créés par moi, mais bien des mots figurant dans le texte intégral de l'article. L'analyse s'est faite cette fois-ci en deux temps : un premier passage en analysant le texte intégral avec Wordle afin de sortir une liste des mots les plus employés, par occurrence décroissante, et en éliminant les articles et mots courants non signifiants. Nous avons aussi procéder à des regroupements tels que : France et français, Internet et Web, Création et créative, accès et accéder, etc ... Puis un second traitement a été réalisé à partir d'un texte ne contenant qu'une liste épurée des mots principaux.

Remarque 2 : Je viens de découvrir après avoir publié cet article, que RSLNMag avait eu la même idée dans un article publié le 29/06/2011. Cependant ils ont fait le choix de garder beaucoup plus de mots, ce qui rend la lecture un peu plus difficile ...  Je vous recommande plutôt l'article d'Owni.fr du 4/07/2011 "Digitale martine VS Télématique Sarkozy" : qui propose une comparaison des programmes du PS et de l'UMP, avec là aussi des nuages de tags, mais aussi une superbe infographie en haute déf. de Marion Boucharlat.

On retrouve les mêmes thématiques Economie, innovation, création, Droits & libertés individuelles … mais le propos de Martine Aubry fait davantage de place aux usages et aux questions d'accès et de connexion et un peu moins de place à la Culture.

Cependant, la dimension éducative est toujours aussi faiblement représentée ...

... et évoque la « fatigue de la modernité »

France-Culture y a consacré une émission le 22 mars 2011 "La France est-elle fatiguée de la modernité ?", en invitant notamment Eric Dupin, ancien journaliste politique à Libération, et auteur d'un bouquin "Voyages en France" (Seuil, 2011) qui évoque tout au long de son livre cette idée de "fatigue de la modernité".

D'ici à ce que cette formule fasse florès comme thème de campagne, ou argument dans les débats à venir, il n'y a qu'un pas.

On commence à peine à se débarrasser de la formule sacrée de "fracture numérique", qu'on nous annonce le nouveau mal de la société française : "La fatigue de la modernité".

Moi, en ce moment, ce sont les politiques qui me fatiguent :-)