« Fracture numérique », sort de ce corp(u)s !

Chaque année au mois de décembre, j'attends avec impatience la livraison annuelle … non pas du père Noël, mais du rapport sur « La diffusion des TIC dans la société française » publié par le CREDOC à partir de l'enquête « Conditions de vie et aspirations ». 290 pages de tableaux de chiffres, de courbes et histogrammes ... un régal si on sait lire ce qui se cache entre les lignes !

Que veut-on savoir ? Par exemple, qu'advient-il en 2012 de cette fameuse « fracture numérique » qui a donné lieu à la création des Espaces publics numériques et dont on nous rebat de nouveau les oreilles pour justifier d'un plan de déploiement de « la fibre optique pour tous » ? (Cf. Le discours des lobbyistes industriels La fibre optique pour mettre fin à la fracture numérique ou l'inquiétude des élus représentés par l'Avicca)

Grâce aux données du CREDOC, nous pouvons analyser si ces disparités d'accès aux infrastructures à très haut débit entre les territoires, s'observent aussi dans les pratiques des habitants.

La variable « taille de la commune de résidence » qui nous permet de repérer les habitants des territoires ruraux est-elle discriminante pour expliquer des disparités d'usages ? En d'autres termes : les « souris des champs » et les « souris des villes » sont elles des espèces très différentes dans leurs pratiques ? (cf. Note en fin d'article 1 pour plus précisions méthodologiques)

Des ruraux très bien équipés

Equipements personnels selon lieu de résidence - France

En matière d'équipement, il résulte que nos campagnes sont très connectées.

  • En téléphonie d'abord : 84 % des ruraux disposent d'un téléphone mobile et 24 % d'un smartphone, donc pas très loin des moyennes nationales, respectivement de 88 % de possesseurs de mobiles et de 29 % pour les smartphones.

  • On est mieux équipé en ordinateurs dans les villages que dans les villes de 2 à 20.000 habitants, voire que dans les villes moyennes : plus d'ordinateurs portables et plus fréquemment plusieurs machines (plus d'un tiers des personnes vivant à la campagne dispose de plus d'un ordinateur et 55 % d'entre eux sont équipés de portables).

  • En connexion enfin : 78% des ruraux disposent d'au moins un ordinateur connecté à internet, ce qui est comparable aux taux observés dans les petites villes et villes moyennes.

Pas de décrochage visible sur les usages

Usages internet à domicile selon lieu de résidence - France

Pour ce qui est des usages connectés, là encore, aucun des écarts constatés ne méritent le qualificatif de « fracture ».

  • Les trois-quart des personnes connectées à domicile se connectent tous les jours, avec des écarts de 3 à 4 points maximum en plus ou en moins selon le lieu de résidence.

  • L'usage des télé-services administratifs et de la téléphonie sur ordinateur est plus développé dans les villages que dans les villes petites et moyennes.

  • Il n'y a guère qu'en matière de réseaux sociaux que les ruraux se distinguent par un taux d'usage plus faible, mais cela constitue-t-il un réel handicap ?

L'opposition ville-campagne n'a plus beaucoup de sens

En réalité, la limite qui permet d'observer des écart significatifs n'est pas entre Ville et Campagne, mais entre les habitants de la région parisienne et des villes de plus de 100.000 habitants et le reste du pays.

Comme les usages et niveaux d'équipement sont fortement corrélés au niveau de revenu, on constate à plusieurs reprises dans les chiffres du CREDOC, que ce sont les habitants des villes moyennes (20 à 100.000 hab.) qui se trouvent les moins bien dotés.

Faut-il voir derrière ces résultats l'impact d'une plus grande proportion de grands ensembles et de quartiers fortement paupérisés dans ces villes moyennes que dans les zones plus rurales ?

La « fibre optique pour tous » ne réduira pas les écarts d'usages

Evolution des inégalités d'équipement TIC - France

L'indicateur synthétique utilisé par le CREDOC pour mesurer les inégalités d'équipement (en suivant la méthode du coefficient de Gini) 2 indique qu'en 2012 :

  • la distribution des ordinateurs parmi la population française est trois fois moins inégalitaire qu'en 1997 ;

  • la distribution de la connexion internet à domicile est quatre fois moins inégalitaire qu'en 1999.

Nous sommes arrivés à un niveau de disparité en matière d'équipement informatique et internet qui est tout à fait tolérable aujourd'hui dans la société. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas de disparités plus importantes dans les usages, et en particulier dans la capacité à maîtriser ces outils pour en tirer avantage dans ses études, son évolution professionnelle ou son accès critique à l'information ...

Inégalités d'accès à internet à domicile - France

Si l'on regarde maintenant sur le graphique ci-dessus les disparités d'accès à internet à domicile, il ressort qu'en 2012, l'impact sur les inégalités d'équipement constatées de la profession (PCS), du diplôme, de l'âge ou du revenu sont sensiblement équivalents (Coefficients de Gini égaux à 12 ou 13).

Par contre, il est très clair que la taille de l'agglomération de résidence, avec un coefficient de Gini égal à 3, se révèle être aujourd'hui un critère qui n'explique en rien les écarts d'accès à internet à domicile.

A la vue de ces chiffres, je me risque à faire l'hypothèse que la moins bonne desserte des zones rurales en matière d'infrastructures haut débit et très haut débit ne constitue pas un frein au développement des usages d'internet.

Une fracture … idéologique

Ainsi, utiliser le thème de « la fracture numérique » pour justifier les investissements importants dans les infrastructures numériques relève de la pure idéologie : il s'agit de faire miroiter l'intérêt général pour justifier des actions qui servent en réalité essentiellement des intérêts particuliers. Il s'agit en l'occurrence des intérêts des industriels du secteur des télécoms et de l'internet, fortement organisés pour assurer un lobbying puissant auprès des élus et qui n'hésitent pas à agiter le chiffon rouge de la fracture (par ex. : Renaissance numérique).

Les élus locaux sont sensibles à ces arguments, car ils sont régulièrement sollicités par des habitants souhaitant un meilleur débit ou de futurs habitants s'enquérant de la qualité de la connexion internet avant d'acheter une maison. C'est selon une logique connue ceux qui sont déjà bien lotis qui en voudraient davantage et qui sont mieux capables de se faire entendre.

Les attentes des plus pauvres et des moins diplômés ne sont pas prises en compte

L'analyse d'un dernier schéma nous permet de découvrir d'autres attentes, venant de citoyens dont la voix se fait peu entendre en général et qui n'ont pas la chance de bénéficier de lobbyistes habiles.

Attente vis à vis des pouvoirs publics en matière d'internet - France

Extrait de la présentation de Régis Bigot (CREDOC) lors de la Rencontre « Cohésion sociale et culture numérique » le 29 novembre 2010 à la Maisons des Métallos à Paris.

Les attentes de la population vis à vis des pouvoirs publics en matière d'internet placent en tête :

  • une aide financière pour aider les ménages modestes à s'équiper (c'est en particulier la demande des foyers à faible revenus et des chômeurs, pour qui le coût du poste télécoms et internet pèse fortement dans le budget du ménage) ;

  • des investissements dans les infrastructures pour améliorer la qualité de l'accès (c'est la demande des classes moyennes supérieures, des jeunes et des plus diplômés).

  • Vient ensuite, seulement en troisième position, une aide pour apprendre à utiliser (c'est le souhait des 40-60 ans, des personnes les moins diplômées et des habitants des petites communes).

    On constate donc, sans trop de surprise, que les besoins des classes moyennes supérieures et des plus diplômés sont bien pris en compte par les politiques actuelles axées sur le développement des infrastructures, mais que les ménages les plus modestes et les personnes les moins diplômées restent souvent les grands oubliés de projets politiques qui mettent pourtant au premier plan les questions d'équité.

Notes :

1Le critère du lieu de résidence comporte 5 items : moins de 2.000 habitants (village), de 2.000 à 20.000 hab. (petite ville), 20.000 à 100.000 hab. (ville moyenne), plus de 100.000 hab. (grande ville), Paris et agglo. parisienne.

Par souci de simplicité nous considèrerons que les habitants des villages de moins de 2.000 hab. vivent en milieu rural et que tous les autres vivent en milieu urbain. En effet, le risque est faible de se tromper de beaucoup en simplifiant. Il y a 31 927 communes ayant moins de 2 000 habitants, dont 2 000 communes urbaines (6% de chances pour qu'un hab d'une commune de moins de 2 000 hab vive en zone urbaine). Il y a 3 764 communes entre 2 000 et 10 000 habitants dont 577 communes rurales (15% de chances pour qu'un hab. d'une commune entre 2 000 et 10 000 hab. vive en zone rurale).

Cf. B.H. Nicot, Urbain-rural : de quoi parle-t-on ? Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris-12-Val-de-Marne. Juin 2005 (www.sirius-upvm.net/doc/geo/urbain-rural.pdf)

2Plus la valeur du coefficient de Gini est élevée et plus les inégalités sont fortes : un coefficient égal à zéro signifie qu’il n’y a pas d’inégalités, tandis qu’un coefficient égal à 100% signifie qu’un seul groupe détient tout l’équipement, les autres groupes en étant totalement privés.

Articles plus anciens sur le même sujet

Le fossé numérique entre dans la 3e dimension (avril 2011)

Les non-usagers d'internet en Bretagne (fév. 2009)

Photographie en coupe du « Fossé numérique » (nov. 2008)

Le "fossé numérique" ne se réduira pas tout seul (avril 2006)

Un « fossé numérique » impossible à combler ? (déc. 2004)