Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - digital divide

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 10 janvier 2013

Ruralité : le développement des équipements et usages numériques se passe très bien du (très) haut débit

Usages internet à domicile selon lieu de résidence - France

Une lecture approfondie du rapport 2012 du CREDOC apporte des éclairages nouveaux sur la soi-disant « fracture numérique » entre ville et campagne. Les habitants des territoires ruraux sont en réalité très bien équipés en informatique, internet et téléphonie et les usages qu'ils en font n'ont rien à envier à ceux des citadins. Cédant aux sirènes des lobbyistes les poussant à déployer de la fibre optique partout et pour tous, les élus de nos territoires ne sont-ils pas en train de se tromper de cheval de bataille ? Comment faire entendre les voix des plus pauvres et des moins diplômés qui réclament, non pas davantage de débit, mais des abonnements moins chers et un accompagnement pour apprendre à maîtriser les promesses du numérique ?

Lire la suite...

dimanche 5 février 2012

Pourquoi parler de Médiation numérique au lieu d'Animation multimédia ?

J'ai évoqué dans un article précédent (La route de la médiation numérique n'est pas un long fleuve tranquille), que ce concept suscitait chez certains, des critiques, des questions, des incompréhensions. Dans certaines réactions défensives de la part d'animateurs-trices d'Espaces publics numériques, il me semble déceler une inquiétude du style :

L'Animation multimédia et les EPN, c'est fini ? On veut notre peau … Qu'est-ce qu'on a fait de mal, nous les animateurs-trices pour mériter cette mise au placard ?

La qualité du travail réalisé depuis des années par les animateurs-trices dans les EPN n'est pas en question. Substituer les termes « accès public à internet » ou « animation multimédia » par « médiation numérique » n'est pas une punition pour les animateurs-trices de ces lieux, ni l'annonce d'une volonté programmée d'en finir les EPN. Bien au contraire, et c'est tout l'inverse dont il s'agit. J'ai la conviction que c'est en ne changeant rien dans le discours et dans les pratiques actuelles, que l'on met les Espaces publics numériques et leurs animateurs-trices en danger.

Lire la suite...

lundi 16 janvier 2012

Médiation numérique et territoire : des acteurs en réseau au service du citoyen

(Ce texte a été publié, dans une version légèrement raccourcie, dans le magazine ARCHIMAG N° 250 Décembre 2011-Janvier 2012)

Le médiateur numérique : passerelle entre l'usager et l'administration

Une notion polysémique

Dans un article précédent, nous avons développé les enjeux et les bonnes pratiques de la « médiation numérique » dans l'univers des institutions culturelles, bibliothèques et musées.

Ce terme de médiation numérique est utilisé aujourd'hui dans le domaine de l'aménagement numérique du territoire et de l'accompagnement des usages, dans un sens assez différent, mais complémentaire. Dans cet univers professionnel, la médiation numérique consiste à accompagner des publics variés vers l'autonomie dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques.

 Au delà des ateliers d'initiation aux outils, il s'agit aussi de mettre en oeuvre des projets permettant aux participants de s'approprier des usages en situation : réalisation d'un site sur la mémoire et le patrimoine local, tournoi de jeux vidéos en doublette parent-enfant, rencontre-débat sur les libertés et responsabilités individuelles dans l'usage des réseaux sociaux ...

 Ce qui est au coeur de la médiation, ce qui en est l'enjeu et l'objet principal, c'est la relation tendue et parfois conflictuelle que l'humain entretient avec les technologies numériques.

« Médiation culturelle via le numérique » versus« médiation homme/technologies numériques » ? Nous voici en présence de facettes différentes de la médiation numérique. Ces facettes sont pourtant davantage complémentaires qu'opposées, et l'univers des bibliothèques se trouve au carrefour de ces approches qui diffèrent dans la méthode.

Lire la suite...

dimanche 2 octobre 2011

La route de la Médiation numérique n'est pas un long fleuve tranquille ! (vidéo)



Voici la vidéo de la conférence d'introduction que j'ai tenu le 19 septembre dernier au Palais des Congrès d'Ajaccio, dans le cadre des Assises nationales de la médiation numérique.

La conférence a duré une cinquantaine de minutes et avait pour objectif de poser des bases communes au plus grand nombre, en faisant quelques rappels sur l'histoire et les enjeux et en introduisant cette notion de « médiation numérique » nouvelle pour pas mal de monde. (Voir les autres interventions en vidéos sur le site des Assises)

Elle s'appuyait sur l'article « Vers une définition de la médiation numérique », publié avant les Assises, mais apportait aussi des éléments nouveaux.


Lire la suite...

vendredi 17 juin 2011

Qu'est-ce qu'il y a derrière la vitre ?

Un reportage baptisé "L'âge d'or du techno" qui nous vient du Canada via le site d'information Cyberpresse.ca. Il fait suite à une première série réalisée auprès d'enfants confrontés à des objets tirés de la préhistoire de l'informatique (disquettes souples, ...)



Ce sont une douzaine de locataires de la Résidence Outremont, âgés de 75 à 99 ans, qui ont accepté de faire les «cobayes» devant la caméra. Confrontés à des objets technologiques d'aujourd'hui, ils se prêtent avec humour et bonne volonté, au jeu d'essayer de deviner l'usage de ces objets ...

C'est l'Ipad qui semble rencontrer le plus d'intérêt : «Qu'est-ce qu'il y a derrière la vitre ?» a demandé la presque centenaire Mme Dion.

vendredi 22 avril 2011

Le fossé numérique entre dans la 3ème dimension

Le Centre d'analyse stratégique (CAS), organe officiel rattaché au Premier Ministre (baptisé « Commissariat général au plan » avant 2006), vient de rendre public le 20 avril dernier son rapport au Parlement Le fossé numérique en France.

Exit la fracture, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre ! ( Voir un article qui date de 2004 : Pour en finir une fois pour toute avec la fracture numérique). L'analyse du fossé ne manque pas de relief, puisque ce sont trois fossés numériques qui sont décrits dans ce rapport :

  • un fossé générationnel, laissant les personnes âgées en marge des nouvelles technologies ;

  • un fossé social, qui exclut les plus démunis ;

  • un fossé culturel, qui prive les moins instruits des opportunités de l'outil informatique.

Non-usages de l'ordinateur et d'internet selon les groupes les plus exclus du numérique
Je suis d'accord avec cette trilogie et l'analyse a le mérite de faire ressortir clairement des données contenues de façon éparses dans divers études et rapports. Le rapport complet (120 p.) ne se contente pas d'exploiter les données des enquêtes INSEE et des analyses du CREDOC. Il accorde aussi une part intéressante à des études moins connues (G. Valenduc, P. Mallein, … voir références en fin d'article) et à des retours d'expériences menées à l'étranger.

Mais dans la note de synthèse (12 p.), qui sera sans doute le seul document que liront les décideurs et leurs conseillers, ce qui ressort est nettement moins riche de nuances. Au point qu'on se demande si cet executive summary n'a pas été écrit avant le rapport, ou ce qui revient au même, par une personne qui n'a pas vraiment lu ou pas compris les données du rapport ...

Lire la suite...

vendredi 19 novembre 2010

La capacité à être bien intentionné est une denrée rare ...

Ainsi parle Kentaro Toyama (blog), professeur à l’école d’information de Berkeley, ancien informaticien pour Microsoft Research en Inde et membre de l’ONG ICT4D (Information and Communication Technologies for Development), dans le dernier numéro de la Boston Review consacré à la question : “La technologie peut-elle éliminer la pauvreté ?”

One Mouse per Child

"One Mouse per Child" ou A chacun sa souris ...
image tirée d'une présentation de Kentaro Toyama lors de TEDx à Tokyo - mai 2010

C'est Hubert Guillaud qui nous fait découvrir ce témoignage dans un article très complet d'InternetActu du 19/11/2010. En voici un court extrait, j'espère qu'il vous donnera envie d'aller lire la suite :

“Si je devais résumer tout ce que j’ai appris via l’ICT4D, il serait le suivant : la technologie – peu importe sa conception, même si elle est brillante – magnifie les intentions et les capacités de l’homme. Elle n’est pas un substitut. Si vous avez une base de gens compétents et bien intentionnés, alors la technologie appropriée peut amplifier leur capacité et déboucher sur des réalisations étonnantes.” Dans les autres cas, la technologie ne sait pas renverser une situation difficile. L’arrivée d’internet dans les villages ne suffit pas à les transformer. “La technologie est une loupe parce que son impact est multiplicatif, mais en ce qui concerne le changement social, il ne s’additionne pas. Dans le monde développé, il y a une tendance à voir l’internet et d’autres technologies comme nécessairement additives, parce que les contributeurs y ajoutent une valeur positive. Mais leurs apports bénéfiques sont subordonnés à une capacité d’absorption des utilisateurs qui est souvent absente du monde en développement. La technologie a des effets positifs que dans la mesure où les gens sont prêts et capables de l’utiliser de manière positive. Le défi du développement international, c’est que, quel que soit le potentiel des communautés pauvres, la capacité à être bien intentionné est une denrée rare et la technologie ne peut pas rattraper ce déficit.”

samedi 6 juin 2009

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours

Une image a attiré mon attention aujourd'hui en lisant un article d'Astrid Girardeau sur le site Ecrans de Libération.

93 % de la population mondiale ne dispose pas d'ordinateur

Image créée par Toby Ng Kwong To 

93 % de la population mondiale ne dispose pas d'ordinateur ...