Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - fracture

Fil des billets

jeudi 10 janvier 2013

Ruralité : le développement des équipements et usages numériques se passe très bien du (très) haut débit

Usages internet à domicile selon lieu de résidence - France

Une lecture approfondie du rapport 2012 du CREDOC apporte des éclairages nouveaux sur la soi-disant « fracture numérique » entre ville et campagne. Les habitants des territoires ruraux sont en réalité très bien équipés en informatique, internet et téléphonie et les usages qu'ils en font n'ont rien à envier à ceux des citadins. Cédant aux sirènes des lobbyistes les poussant à déployer de la fibre optique partout et pour tous, les élus de nos territoires ne sont-ils pas en train de se tromper de cheval de bataille ? Comment faire entendre les voix des plus pauvres et des moins diplômés qui réclament, non pas davantage de débit, mais des abonnements moins chers et un accompagnement pour apprendre à maîtriser les promesses du numérique ?

Lire la suite...

samedi 16 juin 2012

Quelles politiques publiques pour résorber les inégalités numériques ?

Article publié dans les Cahiers du Développement Social Urbain N°55 (1er semestre 2012)

Depuis 15 ans les initiatives se multiplient pour développer l’accès au numérique, que ce soit de la part de l’Union européenne, de l’État ou des collectivités locales. Cependant, le bilan est plutôt contrasté et beaucoup reste à faire pour développer l’accompagnement aux usages qui est un levier majeur de la lutte contre les inégalités numériques

"Avec le recul, on peut avancer que la lutte contre la fracture numérique a servi de cheval de Troie aux lobbies des industriels et opérateurs : réduire les inégalités numériques a visé surtout la compétitivité des territoires et beaucoup moins la résorption des disparités de compétences et d'usages entre les citoyens ..."

[REM : L'article se termine par deux propositions concrètes, ce qui pourra paraître pas très ambitieux :-) J'ai par le passé été plus inspiré ! Mais par temps de crise et devant l'absence de portage politique, il me semble plus réaliste et pertinent de proposer aux professionnels de la Politique de la Ville, principaux lecteurs de cette revue, une meilleure utilisation et coordination des moyens existants]

Lire la suite...

dimanche 5 février 2012

Pourquoi parler de Médiation numérique au lieu d'Animation multimédia ?

J'ai évoqué dans un article précédent (La route de la médiation numérique n'est pas un long fleuve tranquille), que ce concept suscitait chez certains, des critiques, des questions, des incompréhensions. Dans certaines réactions défensives de la part d'animateurs-trices d'Espaces publics numériques, il me semble déceler une inquiétude du style :

L'Animation multimédia et les EPN, c'est fini ? On veut notre peau … Qu'est-ce qu'on a fait de mal, nous les animateurs-trices pour mériter cette mise au placard ?

La qualité du travail réalisé depuis des années par les animateurs-trices dans les EPN n'est pas en question. Substituer les termes « accès public à internet » ou « animation multimédia » par « médiation numérique » n'est pas une punition pour les animateurs-trices de ces lieux, ni l'annonce d'une volonté programmée d'en finir les EPN. Bien au contraire, et c'est tout l'inverse dont il s'agit. J'ai la conviction que c'est en ne changeant rien dans le discours et dans les pratiques actuelles, que l'on met les Espaces publics numériques et leurs animateurs-trices en danger.

Lire la suite...

samedi 11 juin 2011

L'isolement social, la principale cause de non-usage des TIC aujourd'hui

J'ai eu hier un échange intéressant avec Pascal Plantard lors d'un Atelier de réflexion prospective sur le thème "Quelles innovations, quelles ruptures dans la société et l'économie numériques ?" organisé par Jacques-François Marchandise (FING) pour l'Agence Nationale de la Recherche.

Il parlait de son dernier bouquin, "Pour en finir avec la fracture numérique ..." (ed FYP), qui présente de façon synthétique les travaux effectués par l'équipe de recherche de M@rsouin depuis plusieurs années (dont ceux d'Annabelle Boutet, Jocelyne Trémenbert, Mickaël Le Mentec, Marianne Trainoir ... ).

La fracture ne se réduit pas, elle se déplace

Ci-dessus, présentation de Pascal Plantard et Marianne Trainoir lors des "Rencontres Communication & technologies nouvelles : Citoyens connectés, innovation sociale" organisées par Cap Com les 10 et 11 février 2011 à Rennes

Les recherches effectuées par M@rsouin ces dernières années montrent, qu'au-delà  des facteurs traditionnellement analysés (âge, CSP, niveau d'études et de revenu, lieu de résidence, ... ), il est une variable dont l'importance est considérable dans les dynamiques d'inclusion numérique, c'est celle de l'isolement social des personnes. Les personnes isolées socialement, quelquesoit leur âge, leur niveau d'étude et leur niveau de revenus, sont toujours moins connectées et moins utilisatrices des outils numériques (par ex : 65 % des personnes qui se considèrent isolées socialement ne sont pas connectées à internet).

vendredi 22 avril 2011

Le fossé numérique entre dans la 3ème dimension

Le Centre d'analyse stratégique (CAS), organe officiel rattaché au Premier Ministre (baptisé « Commissariat général au plan » avant 2006), vient de rendre public le 20 avril dernier son rapport au Parlement Le fossé numérique en France.

Exit la fracture, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre ! ( Voir un article qui date de 2004 : Pour en finir une fois pour toute avec la fracture numérique). L'analyse du fossé ne manque pas de relief, puisque ce sont trois fossés numériques qui sont décrits dans ce rapport :

  • un fossé générationnel, laissant les personnes âgées en marge des nouvelles technologies ;

  • un fossé social, qui exclut les plus démunis ;

  • un fossé culturel, qui prive les moins instruits des opportunités de l'outil informatique.

Non-usages de l'ordinateur et d'internet selon les groupes les plus exclus du numérique
Je suis d'accord avec cette trilogie et l'analyse a le mérite de faire ressortir clairement des données contenues de façon éparses dans divers études et rapports. Le rapport complet (120 p.) ne se contente pas d'exploiter les données des enquêtes INSEE et des analyses du CREDOC. Il accorde aussi une part intéressante à des études moins connues (G. Valenduc, P. Mallein, … voir références en fin d'article) et à des retours d'expériences menées à l'étranger.

Mais dans la note de synthèse (12 p.), qui sera sans doute le seul document que liront les décideurs et leurs conseillers, ce qui ressort est nettement moins riche de nuances. Au point qu'on se demande si cet executive summary n'a pas été écrit avant le rapport, ou ce qui revient au même, par une personne qui n'a pas vraiment lu ou pas compris les données du rapport ...

Lire la suite...

vendredi 28 novembre 2008

Photographie en coupe du "fossé numérique"


Fossé numérique

Depuis longtemps, je cherchais une image illustrant simplement en quoi consistait ce fameux "fossé numérique. En feuilletant un rapport du CREDOC avant de m'endormir (véridique, au moins ausi efficace que de compter les moutons ...), je l'ai trouvé :-) !

En 2007, il y a un fossé très net qui s'est creusé entre ceux/celles qui utilisent internet tous les jours (41 %) et ceux/celles qui ne l'utilisent jamais (39%).

Entre ces deux polarités extrêmes de profils d'usages, on voit bien qu'il ne reste plus beaucoup de place pour des usages sporadiques, hebdomadaires voire plus rares.

C'est là que ce trouve à mon sens le fossé, et il n'arrête pas de se creuser.

Lire la suite...