Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - politique

Fil des billets

mercredi 11 décembre 2013

Refusons la société de surveillance

DC Rally Against Mass Surveillance

Je m'associe à cet appel publié aujourd'hui dans 30 journaux à travers la planète et que je relaye ici. Je ne signe pas souvent les pétitions qui circulent, je trouve souvent cela assez inutile, mais l'enjeu ici en vaut la chandelle. L'actualité du jour en France nous le rappelle : le Sénat doit débattre en 2e lecture et voter le projet de Loi de programmation militaire 2014-2019. Dans son article 13, ce projet propose d’autoriser les ministères et divers services de l’État à accéder aux données des utilisateurs transitant sur le réseau Internet, et cela sans même qu’une décision de justice ne l’ait autorisé au préalable. [MAJ : le Sénat a voté la LPM 2014-2019 avec l'article 13 ... :-( ]
Bref, cela revient à généraliser légalement à tous les citoyens certaines pratiques jusqu'ici réservées à la lutte anti-terroriste.

Lire la suite...

lundi 2 décembre 2013

Rapport du Conseil National du Numérique sur l'inclusion : ça manque d'actions !

Rapport CNNum e-inclusion

Le Conseil National du Numérique (CNNum) vient de rendre public son dernier rapport « Citoyens d'une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d'agir : pour une nouvelle politique d'inclusion ».

La lecture du dossier de presse m'avait tout d'abord laissé sur ma faim, alors que le rapport complet s'avère plus intéressant et donne mieux à voir le travail accompli.

Les commentaires que j'ai pu lire dans les médias et en ligne confirment ma crainte initiale, à savoir le manque de mesures concrètes, qui nuit à l'efficacité du document. Dans la conjoncture et le climat social actuels, l'opinion publique et les décideurs attendent autre chose qu'« un cadre de pensée pour l'action », pour reprendre les mots de Valérie Peugeot, Vice-Présidente du CNNum et maître d'oeuvre opérationnelle de ce rapport.

On a envie de s'exclamer comme à la sortie d'un film de Rohmer : « ça manque d'action » ! :-)

Lire la suite...

mercredi 27 février 2013

De l'utilité … de l'utilité sociale de la médiation numérique

Cantine numérique Brest - 15 février 2013

Le 15 février dernier, à Paris et à Brest, il a été question de l'utilité sociale de la médiation numérique. Mais il semble que les approches et les méthodes différaient notablement.

A Paris, lors du Séminaire national « Quelle politique nouvelle pour les EPN ? » organisé par la DUI, Gérald Elbaze(Directeur de Médias-Cité et élu socialiste en Gironde) disait en introduction de son propos, que cette journée présidée par Fleur Pellerin (Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie Numérique), constituait de fait une forme de reconnaissance de l'utilité sociale des actions de médiation numérique menées par les EPN.

A Brest, dans les locaux de la future Cantine numérique, j'ai animé pour les acteurs locaux intéressés, un atelier de travail sur les méthodes d'évaluation de l'utilité sociale appliquées au domaine de la médiation numérique, afin d'en mesurer l'impact pour les territoires et de mieux valoriser le travail accompli par les bénévoles et les professionnels.

J'aime que les mots porteurs de sens et de nouvelles postures professionnelles ne soient pas galvaudés, aussi je vous propose une petite liste de ce que le concept d'utilité sociale est ou n'est pas.

Lire la suite...

samedi 2 février 2013

Les Espaces publics numériques peuvent-ils devenir des tiers-lieux ? (2/3)

Télécentre

Illustration : Jacques Goldstein (IDRC)

Dans l'article précédent « A la rencontre du 3ème type … de lieu », nous sommes repartis aux sources du concept de « 3ème lieu » pour découvrir qu'il était préférable d'utiliser le terme de « tiers-lieu » plus porteur de sens. Ces tiers-lieux peuvent se décliner sous la forme d'une trilogie : espaces de co-working, tiers-lieux culturels, fablabs et leurs dérivés.

Dans ce second article de la série, nous nous interrogeons sur les conditions nécessaires pour qu'un EPN puisse proposer un espace de co-working au sein de ses locaux, ainsi que la pertinence et la faisabilité de cette évolution. Ne serait-ce pas finalement revenir au modèle de télécentre tel qu'il existe ailleurs dans le monde ?

Nous pointons les risques que quelques projets d'Espaces de co-working siphonnent l'argent public disponible au détriment d'un financement plus large des réseaux d'EPN ou que les médiateurs-trices numériques soient réduits au rôle de concierge.

Il semble urgent qu'un consensus se dégage parmi les têtes de réseaux de l'accès public à internet pour arriver à porter une parole publique sur l'utilité sociale de la médiation numérique et sur la viabilité du concept d'EPN ou de ses évolutions. Faute de quoi, la priorité ne sera plus l'avenir des EPN, mais l'avenir professionnel des animateurs-trices de ces lieux ...

Lire la suite...

jeudi 10 janvier 2013

Ruralité : le développement des équipements et usages numériques se passe très bien du (très) haut débit

Usages internet à domicile selon lieu de résidence - France

Une lecture approfondie du rapport 2012 du CREDOC apporte des éclairages nouveaux sur la soi-disant « fracture numérique » entre ville et campagne. Les habitants des territoires ruraux sont en réalité très bien équipés en informatique, internet et téléphonie et les usages qu'ils en font n'ont rien à envier à ceux des citadins. Cédant aux sirènes des lobbyistes les poussant à déployer de la fibre optique partout et pour tous, les élus de nos territoires ne sont-ils pas en train de se tromper de cheval de bataille ? Comment faire entendre les voix des plus pauvres et des moins diplômés qui réclament, non pas davantage de débit, mais des abonnements moins chers et un accompagnement pour apprendre à maîtriser les promesses du numérique ?

Lire la suite...

mardi 18 septembre 2012

Les « emplois d'avenir » dessinent un futur sombre pour la Médiation numérique

emplois d'avenirChacun est libre de penser ce qu'il veut du nouveau dispositif « Emplois d'avenir » proposé par le Gouvernement, destiné aux jeunes sans diplômes de 16 à 25 ans. On ne peut contester qu'il faut faire quelque chose pour améliorer leur entrée dans la vie active, l'avenir nous dira si cette mesure produit les effets escomptés pour les jeunes bénéficiaires.

Le but de mon article est beaucoup plus ciblé, et vient en réponse à un article publié sur le blog de l’Association des maires de grandes villes de France : (Emplois d’avenir : une opportunité pour relancer les politiques locales d’accès au numérique). Olivier Devillers, journaliste spécialiste des TIC nous dit :

La fin des emplois jeunes en 2005 avait mis en difficulté nombre d’initiatives de collectivités locales ou d’associations en matière de lutte contre la fracture numérique (au sens social ou générationnel du terme). Les espaces publics numériques (EPN) et autres initiatives locales en matière de médiation numérique vont peut-être trouver un nouvel essor avec la mise en œuvre des nouveaux emplois d’avenir.

Ce parallèle avec le rôle du dispositif « emplois-jeunes » dans la naissance et le développement des EPN est un amalgame dangereux, à mettre sur le compte d'une méconnaissance de ce que sont aujourd'hui les besoins et les perspectives des acteurs de la médiation aux usages du numérique.

Lire la suite...

samedi 16 juin 2012

Quelles politiques publiques pour résorber les inégalités numériques ?

Article publié dans les Cahiers du Développement Social Urbain N°55 (1er semestre 2012)

Depuis 15 ans les initiatives se multiplient pour développer l’accès au numérique, que ce soit de la part de l’Union européenne, de l’État ou des collectivités locales. Cependant, le bilan est plutôt contrasté et beaucoup reste à faire pour développer l’accompagnement aux usages qui est un levier majeur de la lutte contre les inégalités numériques

"Avec le recul, on peut avancer que la lutte contre la fracture numérique a servi de cheval de Troie aux lobbies des industriels et opérateurs : réduire les inégalités numériques a visé surtout la compétitivité des territoires et beaucoup moins la résorption des disparités de compétences et d'usages entre les citoyens ..."

[REM : L'article se termine par deux propositions concrètes, ce qui pourra paraître pas très ambitieux :-) J'ai par le passé été plus inspiré ! Mais par temps de crise et devant l'absence de portage politique, il me semble plus réaliste et pertinent de proposer aux professionnels de la Politique de la Ville, principaux lecteurs de cette revue, une meilleure utilisation et coordination des moyens existants]

Lire la suite...

dimanche 5 février 2012

Pourquoi parler de Médiation numérique au lieu d'Animation multimédia ?

J'ai évoqué dans un article précédent (La route de la médiation numérique n'est pas un long fleuve tranquille), que ce concept suscitait chez certains, des critiques, des questions, des incompréhensions. Dans certaines réactions défensives de la part d'animateurs-trices d'Espaces publics numériques, il me semble déceler une inquiétude du style :

L'Animation multimédia et les EPN, c'est fini ? On veut notre peau … Qu'est-ce qu'on a fait de mal, nous les animateurs-trices pour mériter cette mise au placard ?

La qualité du travail réalisé depuis des années par les animateurs-trices dans les EPN n'est pas en question. Substituer les termes « accès public à internet » ou « animation multimédia » par « médiation numérique » n'est pas une punition pour les animateurs-trices de ces lieux, ni l'annonce d'une volonté programmée d'en finir les EPN. Bien au contraire, et c'est tout l'inverse dont il s'agit. J'ai la conviction que c'est en ne changeant rien dans le discours et dans les pratiques actuelles, que l'on met les Espaces publics numériques et leurs animateurs-trices en danger.

Lire la suite...

dimanche 7 août 2011

Le programme numérique de l'UMP pour 2012 : "le meilleur reste à venir" (SIC)

Voici l'analyse graphique sous forme de nuage de tags, des thèmes évoqués dans le programme numérique de l'UMP intitulé « Révolution numérique : le meilleur reste à venir », publié le 28 juin 2011.

Programme numérique UMP Présidentielles 2012

Méthode : Chaque proposition est « taguée » avec les mots-clés correspondant aux thèmes abordés (plusieurs mots-clés possible par proposition). On totalise ensuite le nombre d'occurences de chaque thème présent dans le programme.

Lire la suite...

mercredi 3 août 2011

Présidentielles 2012 : Programme numérique UMP versus Programme numérique PS

Analyse comparée sous forme de nuage de tags des propositions de l'UMP et du Parti Socialiste en matière de politique numérique, pour les présidentielles de 2012.

Programme numérique de l'UMP pour 2012

Get Adobe Flash player

Nuage de tags généré par Tagul.com à partir de l'analyse des 45 propositions du projet de l'UMP "Révolution numérique : le meilleur reste à venir" publié le 28 juin 2011

Voir article suivant sur l'analyse plus détaillée du programme numérique de l'UMP pour les présidentielles de 2012.

Programme numérique du Parti socialiste pour 2012

Get Adobe Flash player


Nuage de tags généré par Tagul.com à partir de l'analyse des 35 propositions du "Programme numérique dans le projet socialiste" publié le 22 juin 2011 par le Laboratoire des idées du PS.

Voir article précédent pour le détail de la méthode utilisée (indexation des thèmes par mots-clés et non pas analyse du texte intégral)

Lire la suite...

vendredi 8 juillet 2011

Le programme numérique du parti socialiste : pas ma tasse de thé, même avec un nuage de tags

Voici l'analyse graphique sous forme de nuage de tags, des thèmes évoqués dans le programme numérique du Parti socialiste, publié le 22 juin 2011 par le laboratoire des idées du PS. WordlePS2012_2

Méthode : Chaque proposition est « taguée » avec les mots-clés correspondant aux thèmes abordés (plusieurs mots-clés possible par proposition). On totalise ensuite le nombre d'occurences de chaque thème présent dans le programme.

Lire la suite...

vendredi 22 avril 2011

Le fossé numérique entre dans la 3ème dimension

Le Centre d'analyse stratégique (CAS), organe officiel rattaché au Premier Ministre (baptisé « Commissariat général au plan » avant 2006), vient de rendre public le 20 avril dernier son rapport au Parlement Le fossé numérique en France.

Exit la fracture, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre ! ( Voir un article qui date de 2004 : Pour en finir une fois pour toute avec la fracture numérique). L'analyse du fossé ne manque pas de relief, puisque ce sont trois fossés numériques qui sont décrits dans ce rapport :

  • un fossé générationnel, laissant les personnes âgées en marge des nouvelles technologies ;

  • un fossé social, qui exclut les plus démunis ;

  • un fossé culturel, qui prive les moins instruits des opportunités de l'outil informatique.

Non-usages de l'ordinateur et d'internet selon les groupes les plus exclus du numérique
Je suis d'accord avec cette trilogie et l'analyse a le mérite de faire ressortir clairement des données contenues de façon éparses dans divers études et rapports. Le rapport complet (120 p.) ne se contente pas d'exploiter les données des enquêtes INSEE et des analyses du CREDOC. Il accorde aussi une part intéressante à des études moins connues (G. Valenduc, P. Mallein, … voir références en fin d'article) et à des retours d'expériences menées à l'étranger.

Mais dans la note de synthèse (12 p.), qui sera sans doute le seul document que liront les décideurs et leurs conseillers, ce qui ressort est nettement moins riche de nuances. Au point qu'on se demande si cet executive summary n'a pas été écrit avant le rapport, ou ce qui revient au même, par une personne qui n'a pas vraiment lu ou pas compris les données du rapport ...

Lire la suite...

mercredi 10 juin 2009

Le Conseil Constitutionnel retoque la "riposte graduée" de la Loi Hadopi !!!

Pour comprendre le contexte, un détournement hilarant d'une scène culte du film de Terry Gilliam, Brazil (1985) qui illustre très bien la problématique posée par la Loi "Internet & Création" (dite Hadopi) :
La décision rendue par le Conseil Constitutionnel va dans le même sens que le vote d'un amendement au parlement européen en mai dernier, dans le cadre du "paquet télécom", et pose les bases de la reconnaissance de l'accès internet comme un service universel, voire un droit fondamental.

Je cite un extrait de la décision rendue aujourd'hui par le Conseil Constitutionnel, que je propose d'encadrer et d'afficher dans tous les Espaces publics numériques et autres Points d'accès publics à internet :

"12. Considérant qu'aux termes de l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 : " La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi " ; qu'en l'état actuel des moyens de communication et eu égard au développement généralisé des services de communication au public en ligne ainsi qu'à l'importance prise par ces services pour la participation à la vie démocratique et l'expression des idées et des opinions, ce droit implique la liberté d'accéder à ces services ;"


Pour en savoir plus :

mardi 3 mars 2009

Hadopi Song, sur l'air du Déserteur de Boris Vian


The Hadopi Song from jcfrog on Vimeo

Ne manquez pas le pastiche de la chanson de Boris Vian par Jérôme Choain, alias JCFog.

A voir aussi son blog : JCFrogBlog

mercredi 25 février 2009

Appel au Black-out du Net en France en "Riposte" au projet de Loi "internet et Création" (ou HADOPI)

Je souscris à l'inquiétude de Michel Briand exprimée dans son article : Les accès publics wi-fi sous contrôle d’une liste blanche ? et j'invite les lieux d'accès publics à internet à se mobiliser sur cette question d'actualité.

J'ai publié à mon tour sur le site de CRéATIF un article sur cette question : "L'accès à internet n'est pas une liberté fondamentale" ( C’est le député Franck Riester, rapporteur du projet de loi « Création et Internet » qui l’a dit).

La Quadrature du Net, une initiative de Philippe Aigrain et Jérémie Zimmermann, appelle aujourd’hui les auteurs, éditeurs, webmestres de sites web français à procéder à un black-out volontaire de leurs sites jusqu’à l’examen de la loi par l’assemblée nationale en mars.

Cette action menée en Nouvelle-Zélande vient d’aboutir au recul du gouvernement qui souhaitait imposer un principe de "riposte graduée", comme le projet de loi en France .

Voilà pourquoi le fond du web est noir en ce moment ...



- page 1 de 2