Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - prospective

Fil des billets

samedi 2 février 2013

Les Espaces publics numériques peuvent-ils devenir des tiers-lieux ? (2/3)

Télécentre

Illustration : Jacques Goldstein (IDRC)

Dans l'article précédent « A la rencontre du 3ème type … de lieu », nous sommes repartis aux sources du concept de « 3ème lieu » pour découvrir qu'il était préférable d'utiliser le terme de « tiers-lieu » plus porteur de sens. Ces tiers-lieux peuvent se décliner sous la forme d'une trilogie : espaces de co-working, tiers-lieux culturels, fablabs et leurs dérivés.

Dans ce second article de la série, nous nous interrogeons sur les conditions nécessaires pour qu'un EPN puisse proposer un espace de co-working au sein de ses locaux, ainsi que la pertinence et la faisabilité de cette évolution. Ne serait-ce pas finalement revenir au modèle de télécentre tel qu'il existe ailleurs dans le monde ?

Nous pointons les risques que quelques projets d'Espaces de co-working siphonnent l'argent public disponible au détriment d'un financement plus large des réseaux d'EPN ou que les médiateurs-trices numériques soient réduits au rôle de concierge.

Il semble urgent qu'un consensus se dégage parmi les têtes de réseaux de l'accès public à internet pour arriver à porter une parole publique sur l'utilité sociale de la médiation numérique et sur la viabilité du concept d'EPN ou de ses évolutions. Faute de quoi, la priorité ne sera plus l'avenir des EPN, mais l'avenir professionnel des animateurs-trices de ces lieux ...

Lire la suite...

samedi 26 janvier 2013

A la rencontre du 3ème type … de lieu (1/3)

Starbucks third place

« 3ème lieu », « tiers-lieu », il y a comme cela des expressions qui suscitent un engouement et qui se répandent à grande vitesse dans des milieux professionnels clos, et en général en grande interrogation sur leur avenir. C'est le cas des Espaces publics numériques (et dans une moindre mesure celui des bibliothèques), milieu où l'on peut croiser des professionnels déboussolés, largement prêts à remettre leur destin entre les mains de vendeurs de chimères.

Ce premier article revient sur l'origine de ce concept, rappelle les types de projets qui s'en réclament et constate que d'un point de vue sémantique cela a plus de sens de parler de "Tiers-lieu" que de "3ème lieu".

Dans un second et un troisième article à paraître très bientôt, nous nous demanderons si les Espaces publics numériques et les bibliothèques peuvent être, ou prétendre devenir, des tiers-lieux ?

Lire la suite...

lundi 16 juillet 2012

La carte de l'Archipel de la Médiation numérique

Que serait un carnet de voyage, sans quelques croquis et une carte des itinéraires parcourus ?

CarteMedNum

La carte de "l'Archipel de la Médiation numérique" qui figure dans les Carnets de la Médiation numérique, ressemble à une gageure, un défi invraisemblable : tente de proposer une feuille de route pour les professionnels des Espaces publics numériques et lieux d'accès publics à internet, et de façon plus large pour les acteurs de l'accompagnement des usages du numérique dans les territoires.

Le contenu rassemblé après les 3 jours d'Assises de la Médiation numérique à Ajaccio en septembre 2011 était riche, mais aussi très hétérogène et incomplet. Le choix d'une méthode d'animation s'appuyant sur les outils du design de services, a permis aux participants de se projeter dans l'avenir en réinterrogeant leur posture professionnelle en plaçant l'usager au centre des dispositifs d'actions. Cela était nécessaire pour opérer le changement de paradigme permettant de passer de l'animation multimédia à la médiation numérique.

Mais la matière recueillie était insuffisante pour parvenir à rédiger un "Livre blanc", document de référence traçant le chemin à suivre (stratégie et plan d'actions) pour les années à venir ...

[NOUVEAU : la carte vous plaît ? Vous souhaitez l'imprimer sous forme d'affiche ? Elle est disponible en haute définition en visualisation, impression et téléchargement au format pdf (91 Mo) sur Issuu]

Lire la suite...

lundi 16 janvier 2012

Médiation numérique et territoire : des acteurs en réseau au service du citoyen

(Ce texte a été publié, dans une version légèrement raccourcie, dans le magazine ARCHIMAG N° 250 Décembre 2011-Janvier 2012)

Le médiateur numérique : passerelle entre l'usager et l'administration

Une notion polysémique

Dans un article précédent, nous avons développé les enjeux et les bonnes pratiques de la « médiation numérique » dans l'univers des institutions culturelles, bibliothèques et musées.

Ce terme de médiation numérique est utilisé aujourd'hui dans le domaine de l'aménagement numérique du territoire et de l'accompagnement des usages, dans un sens assez différent, mais complémentaire. Dans cet univers professionnel, la médiation numérique consiste à accompagner des publics variés vers l'autonomie dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques.

 Au delà des ateliers d'initiation aux outils, il s'agit aussi de mettre en oeuvre des projets permettant aux participants de s'approprier des usages en situation : réalisation d'un site sur la mémoire et le patrimoine local, tournoi de jeux vidéos en doublette parent-enfant, rencontre-débat sur les libertés et responsabilités individuelles dans l'usage des réseaux sociaux ...

 Ce qui est au coeur de la médiation, ce qui en est l'enjeu et l'objet principal, c'est la relation tendue et parfois conflictuelle que l'humain entretient avec les technologies numériques.

« Médiation culturelle via le numérique » versus« médiation homme/technologies numériques » ? Nous voici en présence de facettes différentes de la médiation numérique. Ces facettes sont pourtant davantage complémentaires qu'opposées, et l'univers des bibliothèques se trouve au carrefour de ces approches qui diffèrent dans la méthode.

Lire la suite...

samedi 11 juin 2011

L'isolement social, la principale cause de non-usage des TIC aujourd'hui

J'ai eu hier un échange intéressant avec Pascal Plantard lors d'un Atelier de réflexion prospective sur le thème "Quelles innovations, quelles ruptures dans la société et l'économie numériques ?" organisé par Jacques-François Marchandise (FING) pour l'Agence Nationale de la Recherche.

Il parlait de son dernier bouquin, "Pour en finir avec la fracture numérique ..." (ed FYP), qui présente de façon synthétique les travaux effectués par l'équipe de recherche de M@rsouin depuis plusieurs années (dont ceux d'Annabelle Boutet, Jocelyne Trémenbert, Mickaël Le Mentec, Marianne Trainoir ... ).

La fracture ne se réduit pas, elle se déplace

Ci-dessus, présentation de Pascal Plantard et Marianne Trainoir lors des "Rencontres Communication & technologies nouvelles : Citoyens connectés, innovation sociale" organisées par Cap Com les 10 et 11 février 2011 à Rennes

Les recherches effectuées par M@rsouin ces dernières années montrent, qu'au-delà  des facteurs traditionnellement analysés (âge, CSP, niveau d'études et de revenu, lieu de résidence, ... ), il est une variable dont l'importance est considérable dans les dynamiques d'inclusion numérique, c'est celle de l'isolement social des personnes. Les personnes isolées socialement, quelquesoit leur âge, leur niveau d'étude et leur niveau de revenus, sont toujours moins connectées et moins utilisatrices des outils numériques (par ex : 65 % des personnes qui se considèrent isolées socialement ne sont pas connectées à internet).

mercredi 8 juin 2011

Vous avez soif de progrès ...

... C'est la conclusion de ce documentaire : "Télévision, Oeil de demain" de J.K. Raymond-Millet réalisé en 1947.



Vous pouvez visionner ici-dessus la version complète (23 mn) provenant des archives de l'INA.

La partie la plus intéressante est la 2ème moitié du film (à partir de 11:30), qui aborde une vision prospective des usages futurs de la télévision et qui évoque pour nous des usages actuels permis par l'internet : visiophonie, webcams visibles sur le web pour des applications touristiques, mais aussi caméras de vidéo-surveillance, TV en 3D ...

J'ai découvert ces images par le blog Big Browser de la rédaction du Monde, qui en propose seulement un court extrait (les 3 dernières minutes). Ce final est assez cocasse, car la mise en scène de passants se baladant dans la rue avec leur télé portative , nous projette dans des situations que nous connaissons que trop bien avec la prolifération des mobiles et smartphones.