Savoir en actes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - utopie

Fil des billets

lundi 16 juillet 2012

La carte de l'Archipel de la Médiation numérique

Que serait un carnet de voyage, sans quelques croquis et une carte des itinéraires parcourus ?

CarteMedNum

La carte de "l'Archipel de la Médiation numérique" qui figure dans les Carnets de la Médiation numérique, ressemble à une gageure, un défi invraisemblable : tente de proposer une feuille de route pour les professionnels des Espaces publics numériques et lieux d'accès publics à internet, et de façon plus large pour les acteurs de l'accompagnement des usages du numérique dans les territoires.

Le contenu rassemblé après les 3 jours d'Assises de la Médiation numérique à Ajaccio en septembre 2011 était riche, mais aussi très hétérogène et incomplet. Le choix d'une méthode d'animation s'appuyant sur les outils du design de services, a permis aux participants de se projeter dans l'avenir en réinterrogeant leur posture professionnelle en plaçant l'usager au centre des dispositifs d'actions. Cela était nécessaire pour opérer le changement de paradigme permettant de passer de l'animation multimédia à la médiation numérique.

Mais la matière recueillie était insuffisante pour parvenir à rédiger un "Livre blanc", document de référence traçant le chemin à suivre (stratégie et plan d'actions) pour les années à venir ...

[NOUVEAU : la carte vous plaît ? Vous souhaitez l'imprimer sous forme d'affiche ? Elle est disponible en haute définition en visualisation, impression et téléchargement au format pdf (91 Mo) sur Issuu]

Lire la suite...

mercredi 8 juin 2011

Vous avez soif de progrès ...

... C'est la conclusion de ce documentaire : "Télévision, Oeil de demain" de J.K. Raymond-Millet réalisé en 1947.



Vous pouvez visionner ici-dessus la version complète (23 mn) provenant des archives de l'INA.

La partie la plus intéressante est la 2ème moitié du film (à partir de 11:30), qui aborde une vision prospective des usages futurs de la télévision et qui évoque pour nous des usages actuels permis par l'internet : visiophonie, webcams visibles sur le web pour des applications touristiques, mais aussi caméras de vidéo-surveillance, TV en 3D ...

J'ai découvert ces images par le blog Big Browser de la rédaction du Monde, qui en propose seulement un court extrait (les 3 dernières minutes). Ce final est assez cocasse, car la mise en scène de passants se baladant dans la rue avec leur télé portative , nous projette dans des situations que nous connaissons que trop bien avec la prolifération des mobiles et smartphones.
 

dimanche 4 janvier 2009

Soyez insatiables, soyez fous !


[VOSTFR] Steve Jobs - Discours à l'Université de Stanford (2005) (durée 15 mn)

Stay hungry ! Stay foolish !C'est sur ces mots que se termine le discours de Steve Jobs devant les étudiants de Stanford réunis pour la remise des diplômes.
Son propos tient en 3 histoires personnelles qu'il raconte, depuis sa naissance jusqu'à sa confrontation avec la maladie et la mort. Une sacrée leçon de vie, où la passion est le moteur de l'aventure humaine.

Si vous avez besoin d'un petit remontant les jours de déprime, ce petit speech fera merveille ! Enjoy :-)

vendredi 2 novembre 2007

Mon gros lapin ...


Vous avez aimé le premier clip avec les balles qui dévallent les rues en pentes de San Francisco ? Le second clip avec les explosions de peinture dans une cité HLM écossaise ? Alors voici le 3ème épisode de la saga publicitaire Sony Bravia, à New-York cette fois ...


Sony Bravia - Play Doh Ad Durée : 1'30

Pour en savoir plus et voir le making off

Je suis toujours autant fasciné par l'énergie que les humains arrivent à consacrer pour réaliser des trucs impossible à réaliser et qui ne servent à rien d'autre qu'à faire rêver les grands enfants que nous sommes ...

jeudi 24 mai 2007

République 2.0 : Mobilité, Equité, Convivialité

A la recherche d'un nouveau triptype à inscrire au frontispice des portails locaux des territoires numériques ...

République 2.0

Une révolution numérique pour changer de logiciel ?

La campagne pour les élections présidentielles a donné lieu de la part de chaque candidat, a des propositions en matière de politique numérique. Un certain nombre de lobbyistes y sont allés de leurs propositions (Renaissance numérique) ou de leurs questionnaires à destination des candidats (Le Monde Informatique, Netpolitique, candidats.fr ...)

Nous avons tenté de les répertorier (voir « Lutte contre l’exclusion numérique : que proposent les 2 candidats à la présidentielle ? » scénario N°1 : Sarko Président / scénario N°2 : Ségo Présidente) et d'analyser certaines propositions (voir 2010, internet pour tous ?).

L'impression générale qui se dégage de la lecture de ces programmes à court terme, est qu'à droite comme à gauche en passant par le centre, les fondamentaux semblent les mêmes sur bien des points et qu'ils ne permettent pas de distinguer des formes d'action publique bien distinctes.

A plusieurs reprises dans la campagne, venant de divers bords se proposant de rénover la vie politique, l'expression « il faut changer de logiciel » a fait florès. Contaminé par le buzz ambiant autour du « web 2.0 », le rapport Rocard se lance ainsi à parler de « République 2.0 », version high tech de la « VIème République », pour ceux qui trouveraient les chiffres romains un peu ringards.

Pourtant, pas grand chose dans la centaine de propositions de ce rapport qui soit capable d'insuffler au lecteur un semblant d'enthousiasme. Les technomarketeurs nous chantent à tue-tête la « révolution numérique », pendant que les technocrates fredonnent une évolution logicielle mineure se contentant de corriger quelques bugs.

Et si nous essayions, plutôt que de « changer de logiciel », de réinterroger quelques paradigmes (postulats de départ plus ou moins explicites) qui ont guidé jusqu'ici les politiques publiques et d'en imaginer d'autres, plus conformes aux enjeux de demain.

Lire la suite...

dimanche 31 décembre 2006

De l'Art de recycler les voitures ...

Si vous avez décidé en 2007 de laisser votre voiture au garage et de prendre plus souvent votre vélo, voici une proposition élégante pour occuper votre temps les dimanches pluvieux (ainsi que votre espace comme vous pourrez le constater en visionnant cette vidéo d'une durée de 2 mn).

Ce spot publicitaire pour la Honda Accord a nécessité 605 essais infructueux avant de parvenir à cette 606ème prise réussie, sans aucune retouche ou effets spéciaux numériques.

Ce genre d'installation s'appelle une "machine de Rube Goldberg" : un dispositif extrêmement compliqué pour réaliser une action simple, imaginé par un cartooniste américain de la première moitié du 20e siècle. [pour en savoir plus, voir wikipedia (en anglais)]


Source : TechEBlog et Xenvideo

dimanche 29 octobre 2006

Rénovation urbaine : explosions dans les cités et "coup de kärcher" ...


Vous avez aimé le premier clip avec les balles ? Alors voici la suite ...


sony bravia comercial - Ecosse Durée : 1'10

Pour en savoir plus et voir le making off

vendredi 20 octobre 2006

Ce week-end, on se Bauges !




Photo : Ursula Rhyner

Depuis le 1er septembre 2006, j'ai rejoint la Coopérative d'activité et d'emploi Oxalis, pour le portage de mon activité professionnelle. Ce week-end, j'ai participé à mon premier séminaire réunissant une cinquantaine d'entrepreneurs-salariés d'OXALIS, dans le massif des Bauges en Savoie.

Lire la suite...

mercredi 15 février 2006

A quoi sert l'Utopie ?

Ella está en el horizonte -dice Fernando Birri-. Me acerco dos pasos, ella se aleja dos pasos. Camino diez pasos y el horizonte se corre diez pasos más allá. Por mucho que yo camine, nunca la alcanzaré. ¿Para que sirve la utopía? Para eso sirve: para caminar.

Eduardo Galeano, Las palabras andantes (1993)

Elle est à l’horizon, dit Fernando Birri. Je me rapproche de deux pas, elle s’éloigne de deux pas. Je chemine de dix pas et l’horizon s'enfuit dix pas plus loin. Pour autant que je chemine, jamais je ne l’atteindrai. A quoi sert l’utopie ? Elle sert à cela : cheminer.

Lire la suite...

samedi 11 février 2006

Métier & Citoyenneté

Je participe régulièrement depuis deux ans aux rencontres et échanges organisées par les Ateliers de la Citoyenneté à Lyon.

Actuellement je co-anime avec Pascale Puéchavy, l'atelier «Métier & Citoyenneté» au sein duquel nous nous interrogeons sur les rapports entre implication citoyenne et compétences professionnelles.

  • •    Comment identifier les "capacités sociales" que nous investissons dans nos métiers respectifs ?
  • •    Pouvons-nous construire ensemble une méthode pour mieux saisir comment et combien nous nourrissons nos métiers de choses apprises et vécues ailleurs, dans l'espace de la Cité ?

 "Mais comment ça marche les Ateliers de la Citoyenneté ? Qu'est-ce que ça apporte ? Qu'est-ce qu'on y apprends ?"

Les Ateliers de la Citoyenneté ? ... On vient y rêver ensemble des idées et des projets que l'on aimerait voir aboutir, on s'autorise à penser que l'on pourrait entreprendre quelquechose pour y arriver, on se rassure mutuellement que l'on est pas tout seul à mettre l'humain au centre de nos préoccupations ... et l'on repart regonflé de l'attention et de la confiance que les autres vous accordent, éclairé des conseils et opinions d'un collectif rassemblant des personnes venant d'autres horizons professionnels.

Il me semble qu'aux "Ateliers", l'Utopie d'une Société où il ferait bon vivre ensemble, que certains ont baptisé « Citoyenneté », est prise au sérieux, sans aucune naïveté. Elle n'est pas remise aux calendes grecques, elle ne fait pas l'objet d'un programme que l'on élaborerait pour délèguer à quelques élus le soin de le mettre en oeuvre.
Elle se cherche un chemin dans une participation à des réflexions et actions collectives, responsables, pragmatiques, non dogmatiques. Elle fait le constat qu'il existe énormément de leviers que nous pouvons actionner dans notre vie personnelle et professionnelle, ... et qui peuvent avoir un impact réel et positif sur notre façon de vivre en société.

Oui, nous pouvons avoir prise sur le monde dans lequel nous vivons, même s'il est de plus en plus complexe, mondialisé, atomisé ... Le chemin est certes encore long, mais on avance en mettant un pied devant l'autre ... et c'est le premier pas qui coûte !

mardi 15 mars 2005

L’Archimestre et les Urbanautes : vers des villes numériques plus conviviales

La première mouture de cet article a été écrite en novembre 2001, pour un numéro spécial de la défunte revue "Transfert" qui n’est jamais sorti. Après relecture et quelques petites retouches de vocabulaire, il a été publié sur le site de CRéATIF en mars 2005.

La pensée analogique est le premier moyen dont chacun de nous dispose pour se représenter et penser le monde dans lequel il vit. Cette pensée imagée fait usage de métaphores et autres paraboles, plutôt que de démonstrations rigoureuses et d’explications détaillées. Dans l’histoire récente des techniques, chaque développement d’un nouveau système technologique a apporté son lot d’expressions où l’imaginaire est au premier plan (la fée électricité, le cheval-vapeur, ...)

La « ville numérique » : une métaphore au service d’un projet de société

Plus récemment, les ingénieurs et ergonomes de systèmes informatiques ont eu l’idée de s’appuyer sur cette pensée analogique pour concevoir des machines plus conviviales. La métaphore du bureau utilisée dans les interfaces utilisateur de nos ordinateurs personnels, a constitué un modèle de représentation de l’information structurant pour le développement de l’usage de l’informatique auprès du grand public. Mais le choix d’une parabole langagière n’est pas neutre et peut conduire à l’inverse de l’effet recherché. De nombreuses personnes peinent à trouver des informations satisfaisantes par le biais d’Internet, parce qu’elles en ont une représentation erronée, en particulier l’image couramment répandue de "la plus grande bibliothèque du monde".

Sur quel(s) concept(s) s’appuyer pour penser la Société de l’Information ? Le concept de "Ville numérique" serait-il capable d’un tel effet structurant sur la compréhension des enjeux de la Société de l’Information ? Développer des sites web locaux, n’est-il pas un moyen de lutter contre le fossé numérique en proposant sur le Net de l’information et des services de proximité, davantage adaptés aux besoins et usages quotidiens du grand public ?

Lire la suite...